Amérique du Sud, Mexique, Voyage

Mexique : Bienvenue au paradis !

Depuis le temps que l’on planifiait ce voyage, arriver au Mexique a fait retomber toute la pression de la dernière année ! Partis une dizaine de jours, nous avons comme à notre habitude optimisé notre planning pour profiter au maximum de ce séjour au paradis. Entre plages paradisiaques, jungle, mer des caraïbes, villes et plongée, je reviens des étoiles pleins les yeux et plus que jamais apaisée.

Du côté de l’itinéraire choisi, nous avons opté pour la boucle classique, commençant par le Nord avec l’île de Holbox en dérivant jusqu’au sud du Quintanaa Roo avec la lagune de Bacalar en passant par le Yucatán avec Valladolid. Contrairement à nos voyages en Scandinavie, nous avons décidé de rouler moins au quotidien, et par conséquent de s’octroyer d’avantage de repos sous les cocotiers.

Itinéraire

Pour ceux qui ne sauraient visualiser la péninsule du Yucatán sur la carte du Mexique, il s’agit de la partie la plus à droite sur la carte ci-dessous, largement représentée par le Chichen Itza, septième merveille du monde moderne. Bordée par la mer des Caraïbes, la péninsule est coupée en deux : à l’Est le Quintana Roo, à l’Ouest le Yucatán.

Carte Mexicaine Avec Des éléments Culturels Vecteur gratuit

Plus en détails, voici exactement notre feuille de route depuis l’aéroport de Cancun :

Isla Holbox : bienvenue au paradis !

Jour 1 à 3 

Accessible uniquement par bateau depuis la ville de Chiquila, je rêvais de découvrir cette île paradisiaque. Après 30 min de bateau environ, nous sommes arrivés au petit port de Holbox puis avons rejoint notre hôtel en voiturette de golf. La particularité de l’île ? L’accès est interdit aux voitures, c’est donc à pieds, en vélo ou en voiturette que l’on peut uniquement se déplacer. Nous sommes arrivés après une journée de pluie, autant vous dire que les ruelles avaient un air de Venise, le charme de l’Italie en moins ! D’un côté de l’île, il est difficile d’y voir un paradis tant les routes son sinueuses et les logements quelque peu délabrés, mais quand vous rejoignez la côte sud, l’eau turquoise et le sable blanc vous éblouissent par leur beauté.

Nous devions rester 1 nuit sur l’île, et en raison d’une petite péripétie de ma part (oopsy) nous avons eu le chance d’y rester une nuit supplémentaire pour notre plus grand bonheur ! Nous sommes arrivés sur l’île autour de 9h le vendredi, et avons donc directement pris le chemin de notre hôtel (le Blue Holbox). J’avais choisi la formule avec petit-déjeuner inclus, et bien que n’y ayant pas encore passé la nuit, nous avons eu le droit au brunch d’arrivée, les pieds dans le sable.

Vous dire que je n’ai pas pleuré de joie serait vous mentir, à l’instant même où nous avons posé les valises et que mes yeux se sont portés sur cet infini turquoise, la pression des derniers mois est retombée, et j’ai alors réalisé que les vacances pouvaient commencées. Au programme de ces premiers jours ? Repos, dégustation de noix de coco fraîchement coupée et contemplation d’une nature encore protégée.

Réserve naturelle de Punta Laguna 

Jour 3

Sur le retour de Holbox, alors que nous roulions vers Tulum, j’avais noté qu’il était possible de voir des singe-araignées et hurleurs dans leur milieu naturel. C’est donc au sein de la réserve de Punta Laguna que nous avons eu la chance d’en découvrir de nombreux, heureux et libres bien nichés dans leurs arbres aux côtés de notre guide. Le plus impressionnant est bien évidemment le singe-hurleur que nous avons pu voir et entendre, quelques mètres sous sa branche. Son cri se fait entendre jusqu’à 2 kilomètres !

Prix : 1000 pesos (25€/personne)

Isla Cozumel

Jour 4 

Le lundi matin, nous avons quitté Tulum vers 7h30 pour prendre la voiture direction de Playa Del Carmen et ainsi réserver un ferry en direction d’Isla Cozumel, à 1h de navigation. Pour cette journée, l’objectif était de permettre à mon petit ami de faire de la plongée, les récifs entourant l’île faisant partis des plus beaux au monde d’après le commandant Cousteau ! De mon côté, je suis partie avec un bon petit livre dans le sac, avec l’idée de me reposer et de profiter d’un cadre encore une fois magnifique.

Pour nous déplacer sur l’île, nous avons loué un scooter et pris la route principale en direction de la côté Est. Malheureusement les plages ne sont accessibles que via les nombreux resorts très américains, mais leur accès sont généralement gratuits. Nous avons jeté notre dévolu sur le Mister Sanchez, un centre de vacances les pieds dans le sable, où l’accueil fut impeccable. Nous y avons passé plusieurs heures, le temps de déjeuner de délicieux  fajitas, guacamole et tacos avant de partir en mer pour Alex, tandis qu’un massage en plein air m’attendait.

Si vous venez à Isla Cozumel, il y a bien une chose à voir et à faire : Playa El Cielo, une plage uniquement accessible par bateau. Je n’ai pas mon diplôme de plongée, le snorkelling était mon unique chance de nager entre les tortues et autres étoiles de mer. Malheureusement nous avons loupé les derniers bateaux à 5min, et c’est avec une certaine déception que nous avons continué notre après-midi. Nous sommes donc allés à un bar de plage qui offrait un accès direct sur de nombreux coraux, l’occasion pour moi de découvrir de nombreux poissons. La plupart des resorts et autres bars de plage ferment leurs portes entre 17h et 18h, nous avons donc regagné le petit centre ville pour rendre le scooter et boire un dernier verre avant le retour en ferry.

Akumal

Jour 5 

Restée sur ma faim la veille, et après avoir fait quelques recherches, j’avais noté que la plage d’Akumal, située à 30 min en voiture de Tulum permettait à tous les coups de nager avec les tortues. Ni une ni deux, nous avions le programme de la journée : nager avec des tortues ! Nous avons d’abord été à la lagune d’Akumal, pensant en voir de bon matin. Il s’avère que cette lagune est uniquement habitée de petits poissons qui nagent entre le cenote et la mer. La déception fut là encore présente, d’autant plus que l’accès est payant et qu’il est obligatoire de payer en plus un gilet de sauvetage.

Nous avons ainsi repris la route direction la plage publique d’Akumal (ne vous fiez pas au nom, l’accès est payant), qui nous promettait de rencontrer de nombreuses tortues et raies ! Contrairement aux idées reçues, voyager dans cette partie du Mexique coûte assez cher, et vous pouvez rarement profiter gratuitement des merveilles de la nature. Pour accéder à la partie où les tortues se reposent et mangent, vous n’avez d’autre choux que de payer un guide pour 1h environ (sachant qu’il faut payer l’entrée à la plage + le parking en plus). Nous avions un petit groupe de 4, et nous avons eu la chance de rencontrer près d’un dizaine de tortues, ainsi qu’une raie léopard et un raie blanche ! J’étais aux anges, et j’ai très vite oublié les pesos payés quelques minutes auparavant.

Prix de la virée avec les tortues : 800 pesos (environ 35€ pour deux)

Tulum 

Jour 5

Les ruines

Avec le Covid et les quelques restrictions qui pouvaient parfois être mises en place, je n’étais pas sûre que les ruines de Tulum soient ouvertes au public ce jour-là. Il s’est avéré que oui, et c’est donc en direction de nos premières ruines maya que sommes allés ! C’est sous une chaleur étouffante que nous avons donc découvert les ruines et leurs histoires. Pour l’histoire, c’est un site archéologique d’une ancienne cité maya, pas le plus imposant du Mexique mais sa situation face à la mer des Caraïbes valent le coup d’œil ! Au sein de la sitée fortifiée (qui date du 6e – 15e siècle), Le Castillo (que l’on voit sur la 2e photo est le bâtiment le plus important : il servait de repère aux navigateurs pour éviter les dangers du grand récif de corail, et permettait également d’avertir les troupes en cas d’invasion de pirates !

Petit bémol pour les algues (les Sarguasses) qui viennent gâcher un peu les côtes et qui rendent la plage inaccessible (ici comme pour plusieurs plages autour de Tulum).

Prix : 70 pesos (moins de 4€)

La ville de Tulum

Quand je pense au Mexique et particulièrement à Tulum, j’imagine une nature très présente le tout dans un style de vie bohème. La surprise fut de taille : côté mer une simple rue sépare la jungle des nombreux hôtels de luxe qui empêchent tout accès à la plage, tandis que la « vraie » ville ressemble à un bidonville.

La suite su séjour s’est déroulée plus au sud avant de retrouver l’intérieur des terres avec le Yucatan,

je vous le réserve dans un prochain article ! 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *